S.S.L.A. de PAU et du BEARN

  • Plein Ecran
  • Ecran Large
  • Ecran Réduit
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Actualité Conférence publique à l'amphithéâtre de la CCLO - 9 rue du Pesqué à ORTHEZ le mercredi 25/01/2017 à 18h15 "Le Matricule 1628 pendant la Grande Guerre" par Jean-Pierre BRETHES
Dernière mise à jour Samedi 18 Novembre 2017

Conférence publique à l'amphithéâtre de la CCLO - 9 rue du Pesqué à ORTHEZ le mercredi 25/01/2017 à 18h15 "Le Matricule 1628 pendant la Grande Guerre" par Jean-Pierre BRETHES

Envoyer Imprimer

La Société des Sciences des Lettres et Arts de Pau et du Béarn
et le Pays d’Art et d’Histoire
du Béarn des gaves

 ont le plaisir de vous inviter à la conférence de

 Jean-Pierre BRÈTHES

professeur agrégé de lettres classiques
colonel de réserve, président de l'Amicale du 34e RI

 « Le Matricule 1628 pendant la Grande Guerre »

le mercredi 25 janvier à 18 h 15 à l’amphithéâtre de la CCLO - 9 rue du Pesqué - ORTHEZ

De leur terrible épreuve, les simples Poilus de la Grande guerre de notre région ne nous ont laissé que de rares témoignages, le plus souvent écrits dans une langue française fraîchement apprise à l’école, pauvre et convenue. Le témoignage d’Edouard Moulia, imprimeur à Orthez, est exceptionnel.  Son œuvre, « Lou matricule 1628 », constitue en effet une œuvre littéraire dont l’intérêt dépasse très largement la force du témoignage et la saveur des anecdotes. Car la  langue gasconne permet à Moulia d’exprimer une intensité émotionnelle littéralement intraduisible ;  ses subtilités et ses nuances lui permettent de rendre compte de ce qui se passe au plus profond des entrailles. C’est cette dimension que Jean-Pierre Brèthes, traducteur de cette œuvre, s’est attaché à mettre en lumière et qu’il aura plaisir à nous exposer.

entrée libre et gratuite


 

MatriculeHorizon


 

Vous êtes ici : Actualité Conférence publique à l'amphithéâtre de la CCLO - 9 rue du Pesqué à ORTHEZ le mercredi 25/01/2017 à 18h15 "Le Matricule 1628 pendant la Grande Guerre" par Jean-Pierre BRETHES