S.S.L.A. de PAU et du BEARN

  • Plein Ecran
  • Ecran Large
  • Ecran Réduit
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
La Revue Revue SSLA n°44 - 2017
Dernière mise à jour Mardi 12 Décembre 2017

Revue SSLA n°44 - 2017

Envoyer Imprimer

SSLA44_2017

Revue de Pau et du Béarn numéro 44 année 2017

Table des matières

- Le mot du Président, par Ricardo SAEZ, p. 5

- Résumés des articles, p. 13

 

- Protohistoire de la vallée d’Aspe. Éléments pour une synthèse, par Claude BLANC, p. 19

 

 

- La compagnie de Foix-Béarn au temps des premières guerres d’Italie (1500-1507), par Benoît LANNOYE, p. 33


 


- Une suite de sept pièces de tapisserie armoriées des rois de Navarre, par Jacques de CAUNA, p. 53

 

 

 

- Les feux de la Saint-Jean en Gascogne et dans les Pyrénées centrales, par Mathilde LAMOTHE, p. 83

 

 

 

- L’orchestre de Pau à la Belle Époque, par Cindy PÉDELABORDE, p. 103

 

 

 

- Lou Matricule 1628 péndén la Guerre/Le Matricule 1628 pendant la guerre par Jean-Pierre BRÈTHES, p. 127


 


- Lettres adressées par Tristan Derème à Henry Bordeaux. et à sa fille aînée Paule (1930-1941), par Jacques STAES, p. 157


 


- Trois figures de la guerre et de la Résistance à Lacq (1939-1945), par Pierre TAUZIA, p. 207



 

- Le maïs et le Béarn de 1930 à 1960, par Francis THÉAU, p. 239



Documents inédits

 

 

- Récit de sa vie par le Palois Jean-Benoît Dumoulou (1780-1863), par Jacques STAES, p. 271

 

 

Mélanges

 

- Bibliographie béarnaise 2016, par Valérie CHAMPETIER DE RIBES et Jean-François SAGET, p. 293

- Travaux universitaires 2016, p. 307

- Ouvrages et travaux, p. 309

Vie de l'association

Le carnet de la SSLA, 321 – Éphémérides 2017, 322 – Conférences, 325 – Excursion, 328 – Autres activités, 331.

 

Résumé des articles :

Claude BLANC

Protohistoire de la vallée d’Aspe. Éléments pour une synthèse

Les recherches archéologiques en vallée d’Aspe ont commencé un siècle après celles concernant la vallée d’Ossau. Au-delà de cet aspect anecdotique, les résultats obtenus en Aspe sont de première importance et ouvrent des horizons nouveaux. La mise en évidence de l’exploitation au Néolithique final d’une mine de cuivre à Urdos représente une donnée de base pour la compréhension de la paléométallurgie. La peinture pariétale schématique d’Aydius représentant un anthropomorphe et une série de ponctuations ouvre la réflexion sur les relations des groupes humains du Néolithique de part et d’autre de la chaîne pyrénéenne. La fouille de la grotte d’Apons à Sarrance a fourni une masse importante de données concernant le Néolithique, l’âge du Bronze et l’époque gallo-romaine. Enfin, la découverte isolée d’une hache à talon et anneau latéral à plus de 1 000 m d’altitude apporte une donnée supplémentaire sur la fréquentation de la montagne à l’âge du Bronze.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Benoît LANNOYE

La compagnie de Foix-Béarn au temps des premières guerres d’Italie (1500-1507)
En septembre 1500, Gaston de Foix hérite des titres et offices tenus par son père Jean de Foix, dont une compagnie de cinquante lances. Or, à partir de cette date, il est orphelin et mineur à la cour de France. Que devient alors cette compagnie ?
Cet article se propose de faire l’analyse de la compagnie durant cette période afin de suivre ces soldats durant les premières guerres d’Italie, dans le but d’observer le rôle tenu par son lieutenant Roger de Béarn et, enfin, pour examiner de quelle manière cette compagnie a pu constituer une arme dans le conflit qui oppose la famille de Foix à l’aube du XVIe siècle.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Jacques de CAUNA

Une suite de sept pièces de tapisserie armoriées des rois de Navarre
Un hommage récent rendu au Centre Pompidou, le 19 septembre 2016, à l’historien médiéviste Jacques Le Goff par ses collègue de l’EHESS a opportunément mis en lumière un document héraldique de grand intérêt pour notre histoire locale. L’affiche choisie représentait en effet une pièce de tapisserie, la dernière d’une suite de sept, provenant du précieux fonds de dessins de l’érudit Gaignières à la Bibliothèque nationale et ayant appartenu, selon lui, aux parents d’Henri IV. Ornée aux quatre coins des armes des rois et reines de Navarre de la maison d’Albret et de celles de Gaston de Foix et de son épouse, Madeleine de France, aisément reconnaissables, cette pièce présente au bas celles de Georges de Mesmes de Roissy accolées à un losangé d’or et de gueules difficilement interprété jusqu’ici, mais qui ne peut être que le blason de son épouse, Marguerite de Cauna. Une analyse héraldique et généalogique serrée permet de corriger et compléter à la fois les indications données par Gaignières et les erreurs et imprécisions de l’inventaire établi deux siècles plus tard, à la fin du XIXe siècle, tout en comprenant mieux les transformations apportées par la famille de Mesmes.
Contacts : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mathilde LAMOTHE

Les feux de la Saint-Jean en Gascogne et dans les Pyrénées centrales
Les feux de la Saint-Jean se retrouvent largement dans les travaux des folkloristes de la fin du XIXe-début du XXe siècle qui ne manquent pas de souligner ses survivances paganistes ou celtiques. Le discours scientifique actuel est plus mesuré, moins « essentialisant », mais ne peut que constater la prégnance de cette pratique rituelle calendaire, même si sa présence a diminué et se trouve désormais concurrencée par la fête de la musique. Sont évoquées l’évolution et la diversité des feux du solstice d’été à partir des sources écrites corrélées aux témoignages présents, afin d’éclairer le dynamisme de ces pratiques locales : ainsi, les feux ou « brandons » dans les Pyrénées gasconnes représentent l’un des éléments français d’une candidature, portant également sur l’Andorre et l’Espagne, inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco depuis décembre 2015.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Cindy PÉDELABORDE

L’orchestre de Pau à la Belle Époque
À la Belle Époque, la venue de nombreuses personnes riches, puissantes et brillantes a apporté un mode de vie nouveau à la ville de Pau et a totalement changé la destinée de cette petite ville de province dont la vocation n’avait jamais été mondaine. La colonie étrangère, qui séjournait à Pau depuis le milieu du XIXe siècle, marqua profondément les mentalités, les habitudes et l’organisation
même de la ville. Pau s’accommoda au goût de ses visiteurs, suivant le tourbillon de leurs allées et venues. Bientôt des hôtels, des parcs, des casinos, un golf, etc., allaient être bâtis ; les banquets, les parties de chasse à courre, les bals et autres moments musicaux allaient devenir le quotidien de chaque Palois. En effet, sous l’impulsion des étrangers, afin de leur plaire, un orchestre fut créé et obtint pendant cinquante ans un grand succès auprès des Palois et des touristes étrangers. Plusieurs chefs d’orchestre et des musiciens de talent allaient se succéder. De nombreux articles de journaux d’époque l’attestent : la vie musicale paloise connut alors une des périodes les plus brillantes de son histoire.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Jean-Pierre BRÈTHES

Lou Matricule 1628 péndén la Guerre/Le Matricule 1628 pendant la guerre
De leur terrible épreuve, les simples Poilus de la Grande Guerre de notre région ne nous ont laissé que de rares témoignages, le plus souvent écrits dans une langue française fraîchement apprise à l’école, pauvre et convenue. Édouard Moulia, imprimeur à Orthez, nous a laissé un témoignage exceptionnel qui constitue une œuvre littéraire dont l’intérêt dépasse très largement la force du témoignage et la saveur des anecdotes. Car la langue gasconne lui permet d’exprimer une intensité émotionnelle littéralement intraduisible, ses subtilités et ses nuances rendant compte de ce qui se passe au plus profond des entrailles. C’est cette dimension que le traducteur de cette œuvre s’est attaché à mettre en lumière.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Jacques STAES

Lettres adressées par Tristan Derème à Henry Bordeaux et à sa fille aînée Paule (1930-1941)
Les archives départementales de la Savoie conservent, dans le fonds Henry Bordeaux, vingt-trois lettres manuscrites adressées, entre 1930 et 1941, par Tristan Derème à cet écrivain d’origine savoyarde, ainsi que quatre lettres, également manuscrites, envoyées par le même, entre 1931 et 1935, à sa fille aînée Paule. Vu leur intérêt, ces lettres nous ont semblé mériter d’être publiées.
La « découverte », à la bibliothèque municipale de Bordeaux, dans l’imposant fonds Tristan Derème, d’un certain nombre de lettres adressées à celui-ci par Henry Bordeaux et deux de ses filles nous a permis « d’éclairer » certains passages des lettres que nous publions.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Pierre TAUZIA

Trois figures de la guerre et de la Résistance à Lacq (1939-1945)
À travers des documents d’archives,on a tenté de retracer le parcours de trois hommes de Lacq pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale.
Louis Chapothin, un ancien combattant et prisonnier de 1914-1918, qui aide des prisonniers de guerre à s’évader d’Allemagne. Arrêté et déporté à Mauthausen, puis à Melk, il y meurt en janvier 1945.
Marcel Trubert, un résistant de la première heure, membre actif de l’Armée secrète et de la résistance ferroviaire. Arrêté, torturé et déporté à Neuengamme, il meurt d’épuisement à l’hôpital de Pau en novembre 1945.
René Molia, un engagé de la «Coloniale», passé par l’armée de Vichy et engagé en Syrie. Il rallie les corps francs d’Afrique en Tunisie, puis la 2e DB. Il participe aux combats de la Libération avec les hommes de Leclerc, avant d’être grièvement blessé à Grussenheim en janvier 1945.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Francis THÉAU

Le maïs et le Béarn de 1930 à 1960
L’article retrace les épisodes importants de l’histoire de la céréale en Béarn sur la période. Le premier congrès international du maïs se tient à Pau en 1930. Une station de génétique voit le jour en 1932. L’Association générale des producteurs de maïs (AGPM) est constituée en 1934. Les acteurs locaux s’attachent à promouvoir la production et la commercialisation dans un contexte économique difficile, qui va être bouleversé par le déclenchement de la seconde guerre mondiale.
À la libération, sous l’impulsion de Louis Bidau, les organisations syndicales, dont l’AGPM, se remettent en place. Un deuxième congrès international du maïs est accueilli à Pau en 1949. C’est le point de départ de la révolution du maïs hybride, jalonnée par des paris audacieux qui débouchent sur des réalisations majeures, telles que la station de conditionnement des semences de Billère (64) en
1954. La culture de la céréale entre dans une phase d’extension spectaculaire, soutenue par la mécanisation des travaux, les nouveaux procédés de désherbage, le défrichage et les avancées de la recherche. La France devient pays exportateur, un silo va être construit dans le port de Bayonne.
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Vous êtes ici : La Revue Revue SSLA n°44 - 2017